Accueil du site > Air & Espace > Articles > Les secrets de Mongokhto.

Les secrets de Mongokhto.

Les secrets de Mongokhto… Ce reportage est consacré à l’une des bases aériennes les plus intrigantes et les plus isolées de Russie. Mongokhto est actuellement le repaire de toute une flotte de puissants « Bears » et « Backfire » de l’Aviation Navale Russe ; des appareils rarement visibles (voire jamais vus) par les russes et encore moins les occidentaux. Ce reportage photographique nous permet de jeter un œil à l’intérieur de la base, sur ses avions et missions.

Dans l’Extrême-Orient russe, personne n’entend rugir vos réacteurs… L’incroyable base secrète de Mongokhto est située à sept fuseaux horaires et 4000 miles à l’Est de Moscou dans la région de Khabarovsk. Des « Backfires » et « Bears » ultra rares occupent la base qui a de nombreux noms. Mongokhto est le plus facile de tous mais les autres sont Kamennyi Ruchey, Sovetskaya Gavan et Alekseyevka.

La date exacte de la création de la base s’est perdue dans le temps mais les premiers documents officiels du Commandement de la Marine Soviétique à y référer (un ordre de création d’une liste du personnel pour un futur Club des officiers) datent du 1 er Décembre 1947 et ce jour a été retenu comme date anniversaire de Mongokhto.

On sait cependant que la construction de la plus grande base de l’aviation navale de l’Extrême-Orient soviétique a commencé dans les années 1950 sur ordre du Commandant de la Flotte Soviétique du Pacifique. La future garnison a reçu le nom de Kamennyi Ruchey alors que la ville en elle-même fut appelée Mongokhto.

Aujourd’hui, le complexe tout entier est désigné par tous sous l’appellation de Mongokhto. Mais le mystère qui entoure cette base est tel que même les origines de son nom sont sujettes à interprétation. Certains affirment qu’il vient d’un ancien langage et que l’on peut le traduire comme « Vallée de la Mort » alors que d’autres ont une explication beaucoup plus prosaïque. Ils disent que Mongokhto vient tout simplement du langage local Oroch. « Mo » signifie forêt ou bois et durant les pluies d’été, de nombreuses branches et troncs d’arbres sont transportés par la rivière Tumnin toute proche et s’accumulent. En Oroch, cela s’appelle un « Mongokhto » !

Les prisonniers d’un bagne local entreprirent la construction initiale de la ville. En raison de l’extrême isolation des nouvelles installations, les habitants ont vécu pendant des années sans eau ni électricité courante. Des camions amenaient l’eau depuis la rivière Tumnin alors que les générateurs d’électricité étaient coupés durant la nuit. Rien que pour acheter à manger, les habitants devaient marcher jusqu’à la station de train la plus proche située à 5km. Dans le même temps, la base était devenue une installation militaire stratégique vitale chargée de projeter la puissance aérienne soviétique au-delà de ses frontières de l’Est.

Différents appareils furent basés à Mongokhto au cours de l’histoire et quasiment tous étaient des bombardiers lourds. Le Tu-16 Badger fut l’un de ceux qui restèrent le plus longtemps.

Les deux premiers Badger atterrirent à Kamennyi Ruchey le 2 Février 1957 ; les entraînements et la transition sur cet appareil commençant en Octobre de la même année. Le régiment changea de désignation pour devenir le 568 ème MRAP (Morskoy Raketonosnyi Aviatsionnyi Polk ou Régiment de Bombardiers de l’Aviation Navale) tandis que le 310 ème OPLAP (Otdelnyi ProtivoLodochnyi Aviatsionnyi Polk ; ou Régiment Aérien Indépendant de Lutte anti sous-marine) disposait de Tu-142. Cependant, une restructuration eu lieu au tournant du siècle et les Tu-22M3 du 568 ème OMRAP (Otdelnyi Morskoy Raketonosnyi Aviatsionnyi Polk ; ou Régiment Indépendant de Bombardiers de l’Aviation Navale) et les Tu-142 du 310 ème OPLAP furent réunis au sein d’un seul et même régiment.

Le principal occupant de la base aérienne est donc désormais le 568 ème Gvardeyskiy OMSAP qui est équipé de bombardiers Tu-22M3 ainsi que de Tu-142MZ de lutte ASM et d’avions relais de communications Tu-142MR « Bear J ».

Le gigantesque Tu-142 constitue l’ossature du parc d’avions de lutte anti sous-marine (ASM) de la Marine russe. Le Tu- 142 a été dérivé d’une version maritime plus ancienne : le Tu-95RT « Bear D ». Les premiers Tu-142 de la base arrivèrent en 1979 depuis Horol. Leurs équipages et leurs familles occupèrent tous les logements vacants de Mongokhto, créant une surpopulation massive de la ville ! Ils sont encore appelés « hunhuzy », un dialecte local pour le mot russe « razboyniki » (voleurs ou pirates). Le Tu-142MR « Bear-J » est une variante rare utilisée comme relais de communication, produite par Beriev et basée sur la cellule du Tupolev. L’appareil est équipé pour les communications hautes et basses fréquences avec les sous-marins en opérations et pour relayer les messages avec les postes de commandement de la marine. Egalement connu sous le nom de « Oryol » (aigle), Le Tu-142MR est équipé de diverses antennes de communication et d’un système relais Etyud situé dans de la baie abritant les armements des versions de lutte ASM. Pour communiquer avec un sous marin en opérations, un épais fil de 7,5mm s’étend sur 7,5km depuis un carénage sous l’avion pendant que ce dernier vole en cercles serrés ; ce qui permet au fil d’être suspendu quasiment à la verticale.

Le manque d’informations sur les opérations aériennes quotidiennes à Mongokhto reflète le caractère secret de la base. Cependant, nous avons le plaisir de vous offrir ce reportage et cet aperçu privilégié de l’une des bases les plus fascinantes, les plus isolées et les plus intrigantes au monde.

L’incident du Kitty Hawk.

L’un des pilotes les plus respectés de Mongokhto est Colonel Anatoliy Viktorovich Semyonov, Commandant en second de l’escadrille ASM. C’est un pilote très expérimenté avec, comme ils disent, « un divin talent pour le pilotage », mais également connu pour sa manière de voler peu orthodoxe. Il est bien connu des pêcheurs locaux de la Mer d’Okhotsk parce qu’il aime piloter son « Bear » à des altitudes tellement basses qu’il incommode quiconque se trouve sur la mer (moins de 20m au-dessus de certains bateaux de pêche). Un Dimanche de Juillet 2004, Semyonov et son équipage furent chargés de localiser le porte-avions américain USS Kitty Hawk (CV-65) qui menait des exercices dans les eaux internationales au large de la côte Est russe. Semyonov trouva rapidement le navire et réalisa plusieurs passages beaucoup plus près du navire et beaucoup plus bas que les usages officiels alors en vigueur entre les deux nations – tout en prenant des photos ! Un F/A-18 Hornet fut envoyé à la poursuite du bruyant Tu-142 et fut aussi photographié par l’équipage de Semyonov. Le Hornet vola directement entre le Tu-142 et le porte-avions avant qu’il ne fasse demi-tour quelques minutes plus tard lorsque le Bear s’éloigna. Suite à cette mission réussie, l’équipage de Semyonov déboucha le champagne sur le tarmac de la base aérienne. L’US Navy envoya ultérieurement une note de protestation soutenue par une vidéo de 12 secondes qui confirmait la violation.

Article

> Mise à jour : août 2006
> Date de publication : février 2006
> Auteur : [FoxbatFiles_>http://www.foxbatfiles.com/]
> Traduction : Redstars
> Photo : FoxbatFiles.com sauf l’image satellite de DigitalGlobe et la carte.
> Initialement publié dans le numéro de Janvier 2006 de la revue Combat Aircrafts.


La base aérienne de Mongokhto est située dans la région de Khabarovsk, totalement isolée dans l’extrême orient de la Russie.


Photo satellite de la base de Mongokhto. Sur la vue principale qui concerne la partie centrale de la base, on distingue 16 Tu-22M3, 8 Tu-142MZ, 4 Tu-142MR, 3 An-2, 1 Tu-134, 1 Mi-8, 1 ka-27 et 1 An-26. L’encart est une vue staellite de l’ensemble de la base.


L’un des Tu-142MZ de Mongokhto, vu ici sur l’aéroport de Yelizovo à 800 km de sa base.


Un bombardier Tu-22M3 est préparé sur la base de Mongokhto en vue d’une sortie noctune.


Alignement de Bear-F et Bear-J à Mongokhto.


Alignement de Bear-F et Bear-J à Mongokhto.


En visite à Mongokhto, un An-12PS de sauvetage maritime vu depuis le cockpit d’un Tu-142 s’appretant à rejoindre la piste de décollage.


Un Ka-27 Helix du régiment de recherche et sauvetage (SAR) de Mongohkto.


Un Il-78 en visite à Mongokhto est photographié depuis le cockpit d’un Tu-142 de la base.


Un Tu-142MR décolle depuis Mongokhto en direction de l’ouest.


Un Bear de Mongokhto au-dessus de l’océan.


Tu-22M3 au roulage après une mission de largage de missile.


Un Tu-142 abaisse son train d’aterrissage.