Accueil du site > Terre > Articles > Le char russe T-90 se prépare à décoller.

Le char russe T-90 se prépare à décoller.

Les chars russes fabriqués en Sibérie, typiquement reconnaissables à leurs silhouettes basses, sont les seuls au monde à être surnommés les « chars volants ». En négociant des bosses à pleine vitesse, ces chars peuvent franchir ce type d’obstacle en restant en l’air plus longtemps et plus haut que n’importe quel autre char. Aujourd’hui, il semble que le T-90, fabriqué à Nizhni Tagil, se prépare aussi à un décollage commercial. Le T-90 est une version modernisée du fameux T-72, le char qui a été le plus produit parmi les chars de la dernière génération (10 000 unités).

Récemment, le general-colonel Vladislav Polonsky, responsable du département blindés du Ministère de la défense, a publiquement déclaré que d’ici 2010 deux divisions du district militaire de Moscou, Kantemirovskaya et Tamanskaya, seront complètement rééquipées avec de tout nouveaux chars T-90A. Polonsky a annoncé que « pour la troisième année consécutive, nous recevons un bataillon de chars fabriqués par Uralwagonzavod. A partir de 2008, nous devrions doubler les acquisitions annuelles, ce qui nous permettra de former d’ici 2010 deux divisions avec les nouveaux chars ». L’armée russe possède actuellement environ 200 T-90.

C’est pas mal mais ce n’est rien comparativement à l’appétit des clients étrangers. La signature d’un contrat avec l’Inde à l’automne 2007 pour 350 T-90S (la version export) vient d’être annoncée quasi officiellement. Le précédent contrat pour 300 T-90S avec l’Inde est en cours d’exécution. Le montant du second contrat indien est d’environ 950 millions de dollars. La principale raison de ce nouveau contrat est l’incapacité de l’industrie indienne à organiser la production sous licence de ces chars. Le nouveau contrat s’étalera sur 3 à 4 ans.

Pour la seconde année, Uralwagonzavod livre des T-90S à l’Algérie. Environ 90 chars ont déjà été livrés. Ce pays a acheté au total environ 200 T-90S. Selon Polonsky, le Yémen a fait des demandes pour l’acquisition de T-90S. La Libye et l’Arabie Saoudite s’intéressent également énormément au T-90S depuis un certain temps. Des représentants d’Uralwagonzavod en ont officiellement parlé. D’habitude, les fabricants d’armes ne mentionnent pas « l’intérêt » d’un client avant d’être sûr des contrats potentiels. Même des experts indépendants s’accordent à dire que l’Arabie Saoudite pourrait acheter un lot de T-90S à long terme. L’expert de l’Institut du Moyen-Orient basé à Moscou, Valentine Yurchenko, ne l’exclu pas non plus. Cependant, il pense que ce ne sera pas en grandes quantités : si l’Arabie Saoudite veut faire un geste en faveur de Moscou, peut-être en achètera-t-elle une centaine. Quoi qu’il en soit, le « précédent » est plus important que les quantités. Comme on le sait, l’Arabie Saoudite est la chasse gardée des fabricants d’armes américains.

Quelques observateurs occidentaux doutent que la Russie puisse produire autant de chars. Lors du salon d’armement MILEX-2007 qui s’est récemment tenu à Minsk, un correspondant de Pravda.ru a posé la question au directeur adjoint d’Uralwagonzavod, Sergey Kolosk. Ce dernier a affirmé que les capacités actuelle d’Uralwagonzavod sont bien plus importantes que la demande actuelle.

A la question du role d’Omsk KBTM et de Omsktransmash dans le futur holding russe des producteurs de chars, Sergey Kolosk a précisé qu’Omsk KB étant financièrement indépendant, il le restera, au moins dans un premier temps. Il a ajouté qu’ils « fabriquent leurs propres produits qui trouveront des niches sur le marché également mais dans le futur, tant sur un point de vue temporel que de gamme de produits, il est difficile de déterminer à quel degré l’intégration d’Omsktransmash sera souhaitée par le holding. Pour le moment, Omsktransmash a suffisament à faire avec la modernisation des T-80 ».

Uralwagonzavod se prépare quant à lui à se transformer en société par actions. Une réunion s’est récemment tenue entre les représentants des directions économiques, juridiques et financières des entreprises de défense membres du futur holding. Uralwagonzavod s’apprête à devenir le cœur du holding. Sergey Kolosk affirme que le processus de formation du holding en est à son stade final.

Enfin, signalons que des nations partenaires s’intéressent aux nouveaux chars russes. Selon Sergey Kolosk, cet intérêt est croissant. La Biélorussie est par exemple considérée comme plus qu’un client potentiel. « En Biélorussie, nous avons un partenaire qui livre des pièces pour nos chars et c’est l’un de nos plus importants sous-traitants. L’un des éléments les plus vitaux du char, le système de visée, est fabriqué en collaboration avec des entreprises françaises, biélorusses et russes. Bien que la Russie puisse tout fabriquer elle-même, une collaboration internationale de ce type est plus intéressante en termes de qualité et de prix » souligne Sergey Kolosk.

Le nouveau système informatique qui sera intégré dans la nouvelle version du char T-90S autorise des tirs de précision en environnement complexes, de jour comme de nuit. Les industriels indiens vont contracter directement avec le fabricant biélorusse « Beltech » pour les équipements des chars indiens. Le contrat pourrait atteindre 110 millions d’euros.

Article

> Mise à jour : juin 2007
> Date de publication : juin 2007
> Auteur : Yuri Seleznyov.
> First released by Pravda.
> Traduction : redstars.


Le char russe T-90 (photo : ndu.edu).