Accueil du site > Air & Espace > Fiches > Su-25/39 Frogfoot

Su-25/39 Frogfoot

Historique

Le Su-25 Frogfoot est un avion d’attaque et d’appui aérien rapproché conçu par Sukhoï et dont le prototype a réalisé son premier vol en 1975. Dès avril 1980, des exemplaires de pré série sont envoyés en Afghanistan pour essais opérationnels. La transformation du premier régiment russe sur Su-25 commençait l’année suivante. Un certain nombre d’améliorations ont été apportées en 1987-88 (renforcement du fuselage et des ailes, blindages additionnels, lance leurres supplémentaires, ajout d’une radio pour communiquer directement avec les forces terrestres, etc.) notamment grâce au retour d’expérience en Afghanistan. Les 50 derniers appareils construits disposent aussi de réacteurs Soyuz/Gavrilov R-195 plus puissants et plus économiques que les R-95Sh d’origine. Ils ont tous deux la particularité de pouvoir consommer indifféremment du kérozène d’aviation ou de l’essence et du diesel. Le Su-25 reste un appareil rustique capable d’opérer depuis des pistes non préparées.

Le Su-25 dispose de 10 points d’emport pour armements dont deux réservés, aux extrémités, à des missiles air air R-60M d’autodéfense. Un large panel de roquettes et bombes classiques peuvent être emportées ainsi que des missiles air surface et des pods canons. La puissance de feu du Su-25 est donc conséquente. Sa protection a été attentivement étudiée également : il reste l’un des rares appareils à être largement blindé. En 1987, 11,5% du poids de l’appareil était constitué de blindages. Le cockpit est particulièrement protégé ainsi que l’espace entre les deux moteurs pour éviter que la perte d’un moteur (sur explosion suite à un impact de missile sol air par exemple) n’entraîne celle de l’appareil, le Su-25 pouvant voler sur un seul réacteur.

Plusieurs versions du Su-25 ont été développées : monoplace d’attaque et de soutien aérien rapproché (Su-25 Frogfoot A), biplace d’entraînement (Su-25UB Frogfoot B), bipplace d’entraînement navalisé (Su-25UTG avec crosse d’appontage et ailes repliables), avion tracteur de cibles colantes (Su-25BM). Une version d’attaque tout temps plus perfectionnée, le Su-25T, a été développée dans les années 1980 avec des équipements et armements supplémentaires dont le missile anti-chars AT-12. Des développements supplémentaires conduisirent au Su-25TM à partir de 1996. Ces deux appareils ne furent toutefois pas produits en série suite à la chute de l’URSS. Des programmes de modernisation sont par contre proposés par l’usine de Tbilissi (le Su-25KM Scorpion réalisé en 2002 en collaboration avec l’israélien Elbit) ou Sukhoï (les Su-25SM et Su-25UBM pour l’Armée de l’air russe). Le Su-25 reste un appareil robuste et éprouvé en appui aérien rapproché comme ont pu le montrer les différents conflits auquel il a participé.

Le Su-25 a été produit jusqu’en 1989 par l’usine aéronautique de Tbilissi en Géorgie (875 exemplaires dont 210 pour l’export) et jusqu’en 1991-92 par l’usine d’Oulan-Oude en Russie. Après 1999, la production a repris en Géorgie à quelques exemplaires pour l’export et les besoins nationaux à partir des pièces dont l’usine disposait encore (de quoi assembler 75 appareils au maximum à cette date). Au total, plus de 1200 Su-25 auraient été produits dont environ 300 biplaces. Le marché de l’occasion s’est montré très dynamique pour le Su-25 dans les années 1990-2000 suite à la chute de l’URSS.

La Russie a annoncé en 2012 qu’elle envisage sérieusement de remplacer ses Su-25 par... des Su-25 neufs ! Elle avait dans un premier temps envisagé d’acquérir une version d’attaque du Yak-130 d’entrainement mais ce dernier serait trop limité sur certains aspects dont le blindage. Les nouveaux Su-25 russes seraient produits en version Su-25UBM modernisée biplace. A suivre...

Versions

- Su-25 Frogfoot A : monoplace de soutien aérien rapproché.

- Su-25K Frogfoot A : version export du Su-25 Frogfoot A.

- Su-25UB Frogfoot B : biplace d’entraînement et de conversion opérationnelle dont le prototype a effectué son premier vol en 1985. Le Su-25UB est entré en production en 1987 à Oulan-Oude, seule usine à l’avoir fabriqué.

- Su-25UBK Frogfoot B : version export du Su-25UB.

- Su-25UT Frogfoot B : biplace d’entraînement identique au Su-25UB mais non armé. Le prototype a effectué son premier vol en 1985 mais cette version a été abandonnée par la suite.

- Su-25UTG Frogfoot B : version identique au Su-25UT mais navalisée et dotée d’une crosse d’appontage pour l’entraînement sur porte-avions. Le prototype a effectué son premier vol en 1988. 13 exemplaires ont été construits en 1990-93.

- Su-25BM Frogfoot A : version destinée à tracter une cible volante "Kometa". Le prototype a effectué son premier vol en 1989 suivi de la production de 50 exemplaires en Géorgie.

- Su-25SM/SM2 : Su-25 modernisé ("SM" signifie "Seriya Modernizatsya") selon un périmètre restreint comparé au Su-25TM (Su-39) beaucoup plus évolué mais trop couteux pour le budget russe. La durée de vie de la cellule a été rallongée. Le cockpit reçoit la nouvelle suite de navigation et de combat numérisée PRnK-25SM. La précision de la navigation est de l’ordre de 15 mètres avec le nouveau récepteur satellite GPS/GLONASS A-737-01 et de 200 mètres sans l’aide du GPS. Ont également été intégrés un nouveau HUD plus grand, un écran couleurs multifonctions, un enregistreur de vol, un système d’enregistrement vidéo, des aides à la navigation, une nouvelle radio VHF/UHF "Banker-2" ainsi qu’un transpondeur SO-96. L’autoprotection de l’appareil a été améliorée avec un détecteur d’alerte radar L150 Pastel tandis que certains équipements sensibles comme les radios ont été déplacées de la queue de l’appareil vers la partie avant blindée. Le système de navigation et d’attaque "PrNK-25SM" autorise le tir des missile air-air courte portée R-73 en plus de la panoplie classique du Su-25 mais pas de nouveaux armements air-sol. Le Su-25SM dispose néanmoins de nouveaux supports d’armements et peut désormais emporter des paniers lance-roquettes S-13T de 122 mm. Le canon bénéficie quant à lui de nouvelles cadences de tir plus lentes. A noter enfin que 300 kg ont été économisés grâce aux nouveaux équipements plus légers et que les temps de maintenance sont réduits de 25 à 30%. Les forces aériennes russes avaient décidé en 1999 de moderniser 40% de leur parc de Su-25 monoplaces qui atteignait les 220 exemplaires en 2001. Le programme a été lancé en 2001 suivi du premier vol du prototype en mars 2002. Les essais se sont achevés en 2006 et les 6 premiers Su-25SM ont été livrés en décembre 2006 par la 121ème usine de réparation aéronautique qui est en charge des travaux.

- Su-25SM3 : nouveau standard de modernisation des Su-25 russes à partir de 2012 qui sera également appliqué en retrofit progressif sur les Su-25 déjà modernisés au standard Su-25SM. Le premier Su-25SM3 a été testé en 2011. Il dispose d’un nouvel ordinateur de bord autorisant le tir de munitions guidées qui faisaient défaut au Su-25SM. Il permettrait notamment le tir de la bombe guidée KAB-500Kr (TV) et du missile Kh-29T (TV) ; voire de la bombe guidée par satellite KAB-500S (dont la précision est de 10 mètres). Le Su-25SM3 bénéficie en outre d’un nouveau système de communications cryptées, d’un nouvel IFF, d’un nouveau système d’enregistrement vidéo ainsi que d’une suite d’auto-protection renforcée "Vitebsk-25". Cette dernière comprend notamment 2 brouilleurs L-370-3S en pods (prenant place sur les pilones en bouts d’ailes) ainsi qu’un détecteur d’alerte IR couplé à un brouilleur IR directionnel protégeant les parties arrière et basses.

- Su-25UBM : version biplace modernisée au même standard que le monoplace Su-25SM. Il est capable de réaliser à la fois des missions d’entrainement et de combat. Le prototype a effectué son premier vol le 6 décembre 2008 et le programme d’essais en vol s’est achevé fin 2009. Il semblerait que la série ait été retardée dans l’attente de la sortie du nouveau standard Su-25SM3 dont le Su-25UBM reprendra également les nouveaux éléments. La production de Su-25UBM neufs à ce standard est également envisagée par la Russie.

- Su-25KM Scorpion : version modernisée du Su-25K développée par l’usine de Tbilissi en collaboration avec l’israélien Elbit. Le prototype a effectué son premier vol en 2002. Le cockpit est équipé de deux nouveaux écrans couleurs et d’un nouveau HUD ainsi que de systèmes de navigation et armements israéliens.

- Su-25T : version d’attaque tout temps basée sur le Su-25UB (85% d’éléments en commun) et équipée du système électro-optique "Shkval" qui dispose d’une voie IR avec capacité d’acquisition de cible automatique et un désignateur laser montés dans le nez de l’appareil. Le Su-25T est armé du missile anti-char "9M132 Vikhr" (AT-12 Swinger) en plus des armements "classiques" du Su-25. Trois Su-25UB ont été convertis en Su-25T par l’usine de Tbilissi et le premier prototype a effectué son premier vol en 1984. Huit appareils de pré série ont ensuite été assemblés et testés jusqu’en 1993. Le premier Su-25T de série est sorti d’usine en 1990 suivi de 12 autres. La production a ensuite été transférée à l’usine d’Oulan-Oude après la chute de l’URSS. Les besoins de la Russie étaient estimés à 50 appareils en 1999.

- Su-25TM (Su-39) : le Su-25TM est en fait un Su-25T auquel a été ajouté un radar multirôle "Kopyo-25" (dérivé de celui du Mig-21-93 modernisé), un système électro-optique "Schkval-M" modernisé, un système de navigation par satellite, une suite de contre-mesures (détecteurs de radars, brouilleurs électroniques et lance leurres). Le "Kopyo-25" a une portée de 25 km pour un char, 25 à 57 km pour un avion et 75 km pour un navire. Un pod de reconnaissance IR "Khod IIR" est également disponible en option. L’armement du Su-25TM comprend les missiles air air R-73, R-77 et R-60, les missiles air sol Kh-29L/T, Kh-25ML, les bombes KAB-500Kr et KAB-500L mais aussi les missiles anti-radar Kh-58 et Kh-31P et l’anti-navire Kh-35 ! Le Su-25TM a effectué son premier vol en 1996 mais la production en série n’a pas été lancée par manque de financements. L’usine d’Oulan-Oude aurait construit un prototype et quatre exemplaires de pré série (dont deux en 1997-98) suivis, selon certaines sources, de 4 exemplaires de série en 2001-02. Les Su-25T russes pourraient être portés au standard Su-25TM. A noter que le Su-25TM a été proposé à l’export par Sukhoï sous la désignation Su-39.

- Su-25M1/UBM1 : programme de modernisation à minima des Su-25/Su-25UB ukrainiens (nouvelle avionique + radio + capacité d’emport des roquettes S-13 de 122 mm) réalisé par la société locale MiGremont à partir de 2010.

Schéma du Su-25 Frogfoot A

Schéma du Su-39

Su-25K Su-25UTG Su-25UBK Su-39
DIMENSIONS
Longueur 15,53 m 15,36 m 15,52 m 15,33 m
Hauteur 4,8 m 5,2 m 4,8 m 5,2 m
Envergure 14,36 m 14,36 m 14,36 m
MASSES
à vide 9,8 t n.c. n.c. 10,6 t
maxi au décollage 17,6 t 16,24 t 17,9 21,5 t
charge militaire 4 t n.c. 4 t 6 t
PERFORMANCES
vitesse maxi (haut)
vitesse maxi (bas) 975 km/h 950 km/h 975 km/h 950 km/h
plafond 7 000 m 7 000 m 7 000 m 12 000 m
RA avec 4,4 t de charge (haut) 1 250 km
RA avec 4,4 t de charge (bas) 750 km
MOTORISATION
nombre 2 réacteurs 2 réacteurs 2 réacteurs 2 réacteurs
type R-95Sh R-95Sh R-95Sh R-195
poussée unitaire n.c. n.c. n.c. n.c.
ARMEMENTS
canon AO-17A bitube de 30mm (250 coups) AO-17A bitube de 30mm (250 coups)
air air AA-2, AA-8 R-27, R-77, R-73
air surface lance roquettes et bombes, Kh-23, Kh-25ML, Kh-29L, pod canon bitube de 23mm (260 coups) idem + AT-12, Kh-29T, Kh-35, Kh-58, Kh-31P

Le Su-25 dans le monde

Pays Type Nombre Commentaires
Russie Su-25 120 La Russie possèderait encore environ 200 Su-25 toutes versions confondues dont une cinquantaine de Su-25SM monoplaces modernisés et une trentaine de Su-25UB biplaces. Tous les Su-25 produits avant 1985 ont été retirés du service. Les Su-25 monoplaces sont en cours de modernisation au standard Su-25SM/SM3 depuis 2006 tandis que les Su-25UB devraient suivre bientôt.
Su-25SM/SM2 55 Les 6 premiers Su-25SM modernisés ont été livrés en décembre 2006 à Lipetsk pour essais avant affectation au 368ème régiment de Budyennovsk mi 2007. Ils ont été suivis de 6 autres en 2007, 8 en 2008, 12 en 2009, 12 en 2010, 8 en 2011. Au total, 55 Su-25SM/SM2 étaient en service mi 2012 au sein de 3 unités (Budyennovsk, Tchernigovka et Primorsko-Akhtarsk) ainsi que dans les centres de Lipetsk (conversion et formation) et Akhtubinsk (essais en vol). 80 autres seraient attendus d’ici 2020. Le dernier contrat signé en 2011 pour 4,846 Mds de roubles (environ 120 M€) portaient sur 36 appareils à porter au standard Su-25SM2 en 2011 (8), 2012 (16) et 2013 (12). L’introduction du standard SM3 serait néanmoins prévue en 2012.
Su-25UTG 7 7 Su-25UTG encore en service dans la marine russe sur 13 construits en 1990-93. 1 Su-25UTG s’est crashé à l’appontage en 2004 endommageant le porte-aéronefs "Kuznetsov".
Su-25UB 30 ? Les Su-25UB russes, qui connaissent une usure accélérée du fait d’un emploi plus intensif que les Su-25 monoplaces, doivent être modernisés au standard Su-25UBM. La production de Su-25UBM neufs pourrait également être lancée pour les remplacer.
Su-25T/TM 10 ? 6 Su-25T plus éventuellement quelques Su-25TM réunis au sein d’une unité d’évaluation
Angola Su-25K 12
Su-25UBK 2
Arménie Su-25 11 1 reçu en 1993 lors de la défection d’un pilote géorgien et 10 livrés par la Slovaquie en 1994
Su-25UB 4
Azerbaïdjan Su-25 3 un appareil obtenu en 1992 lors de la défection d’un pilote russe avant acquisition d’au moins 5 exemplaires d’occasion et d’un autre par défection d’un pilote géorgien. 4 appareils auraient été perdus dans les combats pour le "Nagorno-Karabakh"
Biélorussie Su-25 70 hérités de l’ex-URSS
Su-25UB 6
Bulgarie Su-25K/UBK 10+4 36 Su-25K + 4 Su-25UBK livrés en 1986-1989 mais seulement 10 + 4 étaient encore en service en 2011. Leur retrait du service est prévu en 2012.
Corée du Nord Su-25K 18 livrés en 1987-89
Su-25UBK 2
Côte d’Ivoire Su-25UB 0 2 Su-25UB détruits au sol en 2004 par l’Armée française après l’attaque d’une position française ayant coûté la vie à 9 soldats français. Les appareils étaient pilotés par des mercenaires biélorusses.
Éthiopie Su-25TK 2 livrés en 2000 par la Russie.
Su-25UBK 2 livrés en 2000 par la Russie
Géorgie Su-25/UB/KM 8 assemblés à partir des pièces encore stockées à l’usine de Tbilissi après la chute de l’URSS. Au moins 2 Su-25 ont été abattus en 1993 lors des combats en Abkhazie. Un autre a fait défection en Arménie. Plusieurs appareils restent inachevés à Tbilissi. Une commande géorgienne de 50 Su-25 avait été évoquée mais jamais réalisée
Guinée Equatoriale Su-25UBM1 2 2 Su-25UB livrés par l’Ukraine en 2007 à un standard similaire au Su-25UBM1 ukrainien.
Iran Su-25K 5 Su-25K irakiens ayant fuit en 1991 et jamais rendus
Su-25UBK 5 2 ex-irakiens réfugiés en 1991 et 3 livrés par la Russie en 2003
Su-25T 6 livrés en 2006 par la Russie
Su-25UBT 3 livrés en 2006 par la Russie ?
Irak 0 18 Su-25K et 2 Su-25UBK livrés en 1987 dont 7 qui ont fuit en Iran et 2 abattus par des F-15 en 1991. Les autres ont été détruits au sol ou retirés du service.
Kazakhstan Su-25 12 livrés en 1995 par la Russie en échange du retour des Tu-95MS russes stationnés au Kazakhstan
Su-25UB 2
Macédoine Su-25 3 livrés par l’Ukraine en 2001. En réserve aujourd’hui.
Su-25UB 1
Mali Su-25 2 2 Su-25 auraient été achetés d’occasion en Ukraine pour une livraison prévue fin 2012.
Niger Su-25 2 2 Su-25 achetés d’occasion fin 2012 en Ukraine.
Ouzbékistan Su-25 20 hérités de l’ex-URSS
Pérou Su-25K/UBK 17 10 Su-25K + 8 Su-25UBK achetés d’occasion à la Biélorussie en 1997-98 pour 150 M US$. Ils avaient initialement été produits à Tbilissi (Géorgie). Un appareil a été perdu en 2006. Disponibilité actuelle très faible. Le Pérou souhaiterait les faire moderniser et Sukhoï a remis une offre d’un montant de 10 M US$ par appareil.
Rép. Tchèque Su-25K/UBK 0 15 appareils hérités de la séparation avec la Slovaquie ont été retirés du service en 2000. Ils avaient été initialement livrés en 1987.
RDC Su-25K 2 4 achetés à la Géorgie en 1999 (2 cellules datant de 1991 + 2 neuves) et livrés en 1999-2000. 2 d’entre eux ont été perdus lors d’accidents en décembre 2006 et juin 2007. Les deux autres ont été réparés en 2011.
Su-25UB  ? 4 livrés
Slovaquie Su-25K/UBK 12 hérités de la séparation avec la Rép. Tchèque
Su-25UB 1
Soudan Su-25/UB 13+2 achetés d’occasion à la Russie (via la Biélorussie) en 2008-2010.
Turkménistan Su-25/Su-25KM 50 ? Un grand nombre de Su-25 hérités de l’ex-URSS. Un accord avec le géorgien TAM avait été signé en 2001 pour l’entretien de 43 d’entre eux. Des Su-25 ont aussi été modernisés au standard Su-25KM Skorpion à partir de 2004 (10 ?). En 2012, des Su-25 turkmènes ont été entretenus en Russie par l’usine de réparations aéronautiques n°121 de Kubinka.
Tchad Su-25/UB 7 ? Au moins 2 Su-25 + 3 Su-25UB achetés d’occasion en Ukraine en 2008 (livrés en 2008 sauf 1 Su-25UB en 2009) + 2 Su-25 en 2010.
Ukraine Su-25/UB/UTG/M1/UBM1 63 92 Su-25 hérités de l’ex-URSS dont une partie en réserve et certains revendus d’occasion. L’Ukraine a reçu ses 5 premiers Su-25M1 et 1 Su-25UBM1 modernisés en 2010-11 sur une cible de 16 d’ici 2016 (si les budgets le permettent).

* commandés

Le Su-25 au combat

Le Su-25 a été engagé par plusieurs de ses opérateurs dans des conflits majeurs ou mineurs à commencer par la Russie que ce soit en Afghanistan ou en Tchétchénie.

- Afghanistan 1980-89 : le Su-25 connu son baptême du feu dès 1980 en Afghanistan, les soviétiques n’hésitant pas à y déployer deux prototypes pour les tester en "conditions réelles". Un an plus tard, un premier régiment de Su-25 de série fut déployé en Afghanistan. Outre les missions d’appui feu au canon, à la roquette et aux bombes classiques, les Su-25 auraient effectué 139 tirs de missiles guidés Kh-25ML et Kh-29 en Afghanistan contre des cibles à "haute valeur". Le guidage laser pouvait être effectué par un second appareil ou un contrôleur aérien avancé au sol. L’utilisation du missile Kh-23 à guidage radio s’est avéré plus difficile en environnement montagneux car le pilote doit guider le missile jusqu’à sa cible. Sur la fin de la guerre, près de 50 Su-25 étaient opérationnels en Afghanistan. Ils ont effectué un total de 60 000 sorties. En moyenne, un pilote de Su-25 effectuait 360 sorties par an. 23 Su-25 auraient été perdus au combat (12 pilotes tués au combat), une dizaine aurait été perdue lors d’accidents et une dizaine aurait été endommagée au point que les appareils soient retirés du service. Quelques Su-25 auraient également été détruits au sol lors d’attaques au mortier ou à la roquette.

- Iran / Irak 1987-89 : environ 900 missions de combat effectuées par les Su-25 irakiens livrés en 1987. Chaque appareil a effectué jusqu’à 15 missions quotidiennes au plus fort des combats contre l’Iran. Un appareil a été abattu par un missile sol air Hawk de la DCA iranienne.

- Guerre du Golfe 1991 : l’Irak n’a pas engagé ses Su-25 contre les forces de la coalition. Par contre, deux Su-25 qui tentaient de rejoindre l’Iran ont été abattus par des chasseurs F-15C américains. Sept autres Su-25 irakiens sont parvenus jusqu’en Iran mais n’ont jamais été restitués. D’autres Su-25 ont été détruits au sol.

- Abkhazie 1992-93 : la Russie et la Géorgie ont tous deux utilisé leurs Su-25 lors des combats qui ont suivi en 1992 la proclamation d’indépendance de l’Abkhazie, jusque là une région de la Géorgie, soutenue par Moscou. Le fait que les deux camps utilisaient les mêmes appareils a conduit à plusieurs pertes causées par des tirs amis. Un Su-25 russe a ainsi été abattu en janvier 1993 lors d’une mission d’escorte d’hélicoptères Mi-8. Il se pourrait qu’il ait été abattu par les rebelles abkhazes par erreur, le prenant pour un appareil géorgien. En mars 1993, un Su-27S chargé d’intercepter deux Su-25 géorgiens, a été abattu par un missile sol-air SA-2 d’origine inconnue tuant son pilote. En juillet 1993, un Su-25 russe et deux Su-25 géorgiens sont tous les trois abattus. Le premier Su-25 géorgien a été abattu par plusieurs missiles sol air SA-14 et le deuxième par l’artillerie anti-aérienne géorgienne par erreur. A l’automne 1993, un Su-25 géorgien s’est enfuit en Arménie suite à la défection de son pilote (un mercenaire russe). Source : Acig.org.

- Azerbaïdjan vs Arménie 1992-94.

- Première guerre de Tchétchénie 1994-95 : des Su-25 ont également été utilisés pour des missions d’attaque et d’appui aérien en Tchétchénie. Quelques Su-25T ont été évalués au combat à cette occasion. Les Su-25 ont notamment détruit des avions stationnés sur les aéroports aux mains des Tchétchénes, des relais radios, des centres de commandement, de communication, d’entraînement ou de stockage de carburant et de munitions. Ils attaquèrent également les concentrations de troupes et fortifications ennemies en collaboration avec les troupes terrestres. En décembre 1994, un groupe de Su-25 détruisit au sol l’ensemble des avions ennemis (155 L-29 et L-39 d’entraînement, 3 hélicoptères, 6 An-2 et 5 Tu-134) à l’aide de bombes et roquettes non guidées. En janvier 1995, lors de la prise de Grozny, une attaque menée par des Su-25 sur le poste de commandement sous-terrain tchétchéne se soldat par la mort de 130 rebelles. Jusqu’en février 1995, aucun Su-25 ne fut perdu bien que 12 d’entre eux aient été touchés par des tirs ennemis, certains se posant avec de gros dégats ou un moteur en moins. Le premier Su-25 perdu a été abattu le 4 février 1995 par des automoteurs anti-aériens ZSU-23-4 ennemis. Le pilote s’est ejecté mais a été abattu une fois au sol. Entre le 1er décembre 1994 et le 17 mars 1995, 20 chars, 25 blindés, 6 automoteurs anti-aériens ZSU-23-4, 10 pièces d’artillerie et plus de 130 véhicules ont été détruits par l’aviation russe, Su-25 y compris. Un second Su-25 a été perdu durant cette période tandis que d’autres ont été endommagés. Le 22 mars 1995, les Su-25 interviennent en compagnie d’hélicoptères de combat Mi-24 pour repousser, avec succès, une contre attaque ennemie. Mais l’utilisation de l’aviation, et des Su-25 en particulier, est limitée par le mauvais temps et la volonté de limiter les dommages collatéraux. La météo s’améliore à partir d’avril 1995 et le déplacement des combats vers les zones montagneuses permet aux contrôleurs aériens avancés de faire plus appel à l’aviation. Entre mars et juillet 1995, deux Su-25 ont été abattus par la DCA tchétchéne (ZSU-23-4 et mitrailleuses lourdes). D’autres ont été endommagés. A partir de l’été 1995, l’aviation est moins utilisée. Les armements les plus employés restent classiques : roquettes S-5 de 57mm, S-8 de 80mm et S-24B de 240mm, bombes FAB-250, 500 et BetAB-500. L’utilisation de munitions guidées Kh-25ML, KAB-500L et KAB-500Kr a été marginale car limitée par les conditions météorologiques, les Su-25 étant incapable de mener des missions de combat de nuit ou par mauvais temps. A quelques occasions des raids nocturnes ont toutefois été menés à l’aide de lance fusées éclairantes. Source : "Russian Air Power" (Y. Gordon et A.Dawes).

- Lutte contre les narcotraficants au Pérou 1998-2005 : entre 1998 et 2005, au moins 25 petits avions se livrant au trafic de drogue auraient été abattus par les Su-25 péruviens grâce à leur canon de 30mm et/ou à des missiles air-air R-60M. 

- Seconde guerre de Tchétchénie 1999-2000 : les Su-25 ont été employés plus intensément durant la seconde guerre de Tchétchénie utilisant les même armements "classiques" que précédemment. Deux régiments étaient déployés en permanence sur le théatre d’opérations, les différentes unités russes de Su-25 se relayant pour effectuer des tours. Cela permis également à un plus grand nombre de pilotes de gagner une expérience au combat. Toutefois, les mêmes limitations opérationnelles que durant la première guerre apparurent en raison du manque de capacités nocturne et tout temps des Su-25. Entre août et novembre 1999, un Su-25 a été abattu (le pilote s’est ejecté et a été récupéré) et un second s’est crashé par accident sur un sommet de montagne dans le brouillard. En deux mois, les Su-25 ont effectué 1000 sorties. Les quelques Su-25T ont été utilisés pour des attaques de précision mais leur système de combat n’a pas été exploité à ses pleines capacités. Source : "Russian Air Power" (Y. Gordon et A.Dawes). Selon d’autres sources, la Russie avait déployé 2 Su-25T qui ont réalisé 38 sorties de combat, participant notamment à la destruction de caches d’armes avec des missiles guidés Kh-25ML et Kh-29L ainsi que des bombes guidés laser KAB-500L et des bombes ODAB-500. 5 à 6 Su-25 ont été perdus durant la seconde guerre de Tchétchénie.

- Ethiopie vs Erythrée - Années 2000 : les 2 Su-25T et 2 Su-25UB vendus d’occasion par la Russie à l’Ethiopie en mars 2000 ont été utilisés dans le conflit opposant le pays à son voisin érythréen jusqu’en juin 2000. Ils auraient réalisé au moins 17 missions de combat en 3 semaines.

- Macedoine 2001 : les Su-25 macédoniens ont été utilisés avec un succès très médiatisé contre les rebelles albanais occupant les villages d’Arachinovo et de Radusha entre juin et août 2001. Ils ont réalisé des missions de reconnaissance et d’attaque à la roquette de 57mm.

- Côte d’Ivoire 2004 : le 6 novembre 2004, 2 Su-25UB ivoiriens ayant décollé de l’aéroport de Yamoussoukro survolent une position française de la force "Licorne" à Bouaké. Après deux passages à basse altitude, l’un d’eux tire une salve de roquettes faisant 10 morts (dont 9 soldats français) et 30 blessés. Les appareils étaient pilotés par des mercenaires biélorusses mais prenaient leur ordre directement des militaires ivoiriens dont au moins un homme était assis en place arrière sur un Su-25UB. La thèse de l’erreur de tir émise par les autorités ivoirienne reste peu crédible étant donné que la position française était clairement identifiable et que les appareils ont effectué deux passages à basse altitude au-dessus avant d’attaquer. Du côté français, l’ordre est rapidement donné de détruire l’aviation ivoirienne et 14 minutes seulement après l’attaque, les Su-25UB sont détruits une fois posés sur l’aéroport de Yamoussoukro, par des militaire français au canon de 20mm. Des VAB canon de 20mm et Gazelle canon détruisirent également 5 hélicoptères de combat Mi-24, un hélicoptère de transport Puma et un Mi-8 ailleurs dans le pays.

- Russie vs Géorgie 2008 : la seule sortie au combat connue des Su-25 géorgiens date du 8 août 2008 lorsque 6 appareils se préparent pour attaquer les colonnes de blindés russes déboulant du tunnel de Roki. Seuls 4 Su-25 parviennent à décoller mais leurs bombes manquent toutes leurs cibles. Au moins un Su-25 géorgien aurait été abattu. Les Su-25 russes ont également participé aux combats, y compris les premiers Su-25SM modernisés. 6 Su-25SM et 24 Su-25 russes auraient été engagés au total. La Russie aurait perdu au moins 1 Su-25SM et 3 autres Su-25 tandis que plusieurs autres appareils ont été endommagés au combat (dont au moins 2 Su-25SM) mais ont pu retourner à leur base. Après l’attaque géorgienne initiale contre les positions des casques bleus russes en Ossétie du Sud, la Russie a engagé dès le 8 août 2008 les Su-25 du 368ème Régiment de Budyonnovsk en appui aérien rapproché pour soutenir ses troupes encerclées à Tskhinvali puis ceux du 461ème Régiment de Krasnodar à partir du 9 août 2008. La première vague d’assaut du 8 août, qui comptait 2 formations de 4 Su-25, a bénéficié de l’effet de surprise pour attaquer les formations géorgiennes, détruisant de nombreux véhicules et tuant 22 soldats dès la première passe. Dans l’après-midi, un Su-25SM est touché par un missile sol-air (SAM) mais parvient à retourner à sa base malgré les dégâts. Un second appareil, un Su-25BM, est par contre abattu en fin de journée par plusieurs SAM. Le pilote est parvenu à s’éjecter et à rejoindre les forces russes par ses propres moyens. Les Su-25 ont aussi attaqué ce même jour la principale base aérienne géorgienne, celle de Marneuli au sud de Tbilissi, après le passage d’un premier raid de Su-24M. Les Su-25 auraient détruit au sol 3 avions de transport léger An-2 et 1 avion de combat Su-25UB sans rencontrer de résistance. Le lendemain,le 9 août 2008, un Su-25SM est touché par un SAM et tente de retourner à sa base avant d’être touché par un second missile obligeant le pilote à s’éjecter. Il sera récupéré par une équipe C-SAR composée d’un hélicoptère d’attaque Mi-24 et d’un hélicoptère de transport Mi-8MT. Un second Su-25 est perdu le 9 août au soir lorsque qu’il est abattu par un SAM dans des circonstances floues (il aurait tenté d’échapper à des chasseurs Mig-29 et Su-27 russes le prenant pour un appareil géorgien avant d’être touché par un SAM). Le pilote qui n’a pas pu s’éjecter est décédé. Le 11 août, un Su-25BM parvient à éviter 5 SAM avant d’être touché par un sixième missile mais il parvient à rentrer à sa base malgré de gros dégâts. Un autre Su-25BM sera touché par un SAM et parviendra à rentrer à sa base à une date inconnue.

- Tchad 2009 : les Su-25 achetés par le Tchad en urgence en 2008-2009 ont activement participé à la mise en déroute de la nouvelle attaque des rebelles venus du Soudan voisin en 2009. Leur puissance de feu a notamment été utilisée pour détruire nombre de 4x4 Toyota formant le coeur des raids rebelles.

Article

> Mise à jour : juin 2013
> Date de publication : juillet 2007
> Auteur : redstars.


Su-25 au décollage


Su-25 russe vu à Lipetsk en 2005


La panoplie d’armements du Su-25 : bombes, roquettes et missiles guidés.


Deux Su-25 russes effectuent un tir de roquettes lors de l’exercice "Bouclier de l’Union 2006" (photo : RIA Novosti)


Su-25UB Frogfoot B


Su-25UTG à l’appontage.


Su-25UTG ailes repliées.


Su-25BM


Prototype du Su-25T


L’un des premiers Su-25SM russes modernisés lors de sa livraison en 2006 (photo : Ministère de la défense russe).


Su-25


Su-39 vu de face (photo : usine d’Oulan-Oude)


Su-25SM


Su-25T


Su-25M1 ukrainien dans son nouveau camouflage pixelisé (photo : MINDEF ukrainien).


Su-25SM2 russe dans son nouveau camouflage gris et bleu pale (photo : Alexander Martynov).


Su-25UTG de la Marine russe dans une nouvelle livrée adoptée fin 2012.