Mi-26 Halo

Historique

Au début des années 1970, un nouveau programme d’hélicoptère de transport lourd est lancé par l’URSS pour succéder au Mi-6 Hook, devenu insuffisant pour certaines tâches, et au projet d’hélicoptère super lourd V-12 bi-rotor, qui malgré de grandes qualités n’a pas réussi à s’imposer de par son poids et son coût jugés finalement trop élevés. Le Mi-26 Halo sera quant à lui capable de transporter 20 tonnes de charge sur plus de 400 km. Cette capacité d’emport énorme est équivalente à celle de l’avion de transport américain C-130 ! La configuration retenue sera classique avec un seul rotor à 8 pales et un équipage de 5 hommes.

Le prototype prend son envol pour la première fois le 14 décembre 1977 avant d’être rejoint par un second exemplaire pour le programme d’essais en vol qui durera jusqu’en 1980. Le premier Mi-26 entrera en service en 1983. Dès juin 1981, il fait sa première apparition en public au salon du Bourget à Paris et obtient plusieurs records mondiaux en 1982 dont l’un pour un vol à 4 060 mètres d’altitude avec une charge de 25 tonnes et un autre pour un vol à 2 000 mètres avec une charge de 56,7 tonnes ! La production totale atteindra environ 300 exemplaires (civils et militaires) dont la majeure partie pour l’Armée russe, le Ministère de l’intérieur et les garde-frontières. Quelques exemplaires seront livrés à l’export. Plusieurs variantes ont été envisagées mais peu ont réellement été lancées. De même, plusieurs projets de modernisation du cockpit et de l’avionique n’ont pas abouti par manque de financements dès le début des années 1990. Le Mi-26 reste aujourd’hui un formidable appareil sans équivalent dans le monde. Sa rusticité et son énorme capacité d’emport ont été largement démontré en opérations qu’il soit employé par l’Armée russe, des sociétés civiles ou lors de missions sous les couleurs de l’ONU. Il n’est par contre plus aux standards actuels en termes d’avionique, de systèmes de communication ou de motorisation.

Mil a annoncé en 2009 qu’il envisage de développer sur la base du Mi-26 une nouvelle génération d’hélicoptère lourd : le Mi-46.

Versions

- Mi-26 : version de transport militaire de base pouvant emporter en soute ou sous élingue une charge de 20 tonnes. Alternativement, jusqu’à 82 soldats équipés peuvent prendre place dans la soute qui mesure 12 mètres de long par 3,2 m de large et 3 m de haut. Un Mi-26A disposant d’une avionique modernisée sera envisagé mais n’est jamais entré en production tout comme un Mi-26M avec des moteurs D-127 plus puissants.

- Mi-26T/TS/T2 : le Mi-26T est la version civile de transport entrée en production en 1985 et livrée à l’Aeroflot à partir de 1986. Le Mi-26TS amélioré lui succèdera ultérieurement. Une version de transport de passagers a été envisagée sur la base du Mi-26TS par Rostvertol. elle devait pouvoir transporter jusqu’à 70 passagers mais son développement se heurta à l’absence de financements disponibles au début des années 1990. D’autres versions modernisées seront proposées : Mi-26T2 (proposé par Rostvertol à partir de 2002 avec cockpit et avionique modernisés, radar météo, GPS, etc.), Mi-26TM (grue volante présentée par Rostvertol en 1992 avec un cockpit supplémentaire pour l’opérateur), Mi-26PK (grue volante de l’usine de Rostov présentée en 1997), etc. Le prix unitaire du Mi-26T serait de 11 à 13 M US$ et celui de la version modernisée Mi-26T2 de 15 à 18 M US$.

- Mi-26 de lutte anti-incendies : le Mi-26TP, qui est la première version de lutte anti-incendie, a effectué son premier vol en 1994. Il est équipé de réservoirs d’eau (15m3) et de produits retardants (0,9m3). Il dispose par ailleurs d’une caméra thermique, d’un GPS et de systèmes de communication avec les équipes au sol. Selon son constructeur, un Mi-26 standard peut être transformé en Mi-26TP en moins d’une heure. Il est également possible d’utiliser des réservoirs amovibles "Bambi" sous élingue. Cette dernière solution a été testée en Russie à partir de 1997 et utilisée avec succès en Turquie, Italie, Corée du Sud et Espagne. Un système russe équivalent, le VSU-15, a été réalisé et testé en 1997. Le Ministère des situations d’urgence russe en a acheté 4 exemplaires pour en équiper des Mi-26T. Les pompiers de Moscou disposent également d’un exemplaire livré en 1999.

- Mi-26 spécialisés : différents prototypes de versions spécialisées ont été réalisés, généralement en convertissant des Mi-26 existants, mais ne sont jamais entrés en production de série : poste de commandement volant (Mi-27), décontamination nucléaire (Mi-26S utilisés lors de la catastrophe de Tchernobyl), lutte anti sous-marine (Mi-26NEF-M avec sonar et MAD en 1990-91), guerre électronique (Mi-26PP), etc. En 1996, un Mi-26TZ de ravitaillement a été testé pour la première fois. Il embarque 14 000 litres de carburant et 1 040 litres de lubrifiants pour pouvoir ravitailler des véhicules ou aéronefs au sol en urgence. Quatre systèmes auraient été produits par Rostvertol sachant qu’il faut une heure et 25 minutes pour le monter à bord d’un Mi-26 standard. Le Ministère des situations d’urgence russe dispose également de Mi-26MS d’évacuation sanitaire configurés pour 22 civières et le personnel médical associé.

Mi-26
DIMENSIONS
Longueur (fuselage) 35,91 m
Hauteur 8 m
Envergure m
MASSES
à vide 28,6 t
maxi au décollage 56 t
charge maxi 20 t
PERFORMANCES
vitesse maxi 295 km/h
plafond 4 600 m
RA 490 km
RA maxi avec réservoirs additionnels 1 920 km
MOTORISATION
nombre 2 turbines
type Progress D-136
puissance 11 400 ch
ARMEMENTS
canon emplacements pour des mitrailleuses de sabord
air air non
air surface non

Le Mi-26 dans le monde

Pays Nombre Commentaires
Russie Environ 20 Mi-26 Environ 20 Mi-26 resteraient en service parmi ceux livrés entre 1985 et 1994 (non compris les Mi-26 du Ministère des situations d’urgence). 4 d’entre eux doivent être modernisés d’ici 2015 au standard des Mi-26T neufs ci-dessous.
Russie 12+6* Mi-26T 18 Mi-26T neufs commandés en 2010 (22 selon d’autres sources). 4 livrés en 2011, 7 en 2012, 1 en avril 2013.
Ukraine 20 28 Mi-26 hérités de l’ex-URSS. Certains auraient été rachetés par la Russie. Les autres furent cloués au sol en 1999 en attente de leur révision puis progressivement révisés
Biélorussie 12
Guinée Equatoriale 1 1 acheté d’occasion à l’Ukraine en 2009
Inde 8 10 livrés à partir de 1986
Irak 0 au moins 8 Mi-26 commandés mais jamais livrés à cause de l’embargo
Kazakhstan n.c. 24 mais pas tous opérationnels
Mexique 1 2 Mi-26T livrés en 2000 dont un s’est crashé en 2001 sans être remplacé
RDC 2 1 Mi-26 d’occasion livré en 2002 via la Belgique
Laos 1 1 Mi-26T acheté en 1998
Ouzbekistan 1
Cambodge 2 achetés d’occasion à l’Ukraine dans les années 1990
Pérou 3
Corée du Nord 2 4 selon d’autres sources. pourraient avoir été livrés en 1997-98
Venezuela 3 Mi-26TS commandés en 2005 et livrés en 2006-07

Plusieurs firmes russes et étrangères utilisent également des Mi-26 civils (56 Mi-26T selon Mil). De plus, le Mi-26 est proposé au Brésil, à la Turquie et à l’Inde. La France et l’Allemagne l’ont aussi évalué en 2007 avant d’opter pour le développement d’un nouvel hélicoptère lourd européen.

Le Mi-26 au combat

- Afghanistan : les Mi-26 furent utilisés en opération pour la première fois en Afghanistan. Bien que n’étant pas basés directement dans le pays, ils effectuèrent des missions de transport en Afghanistan depuis les frontières du pays, notamment pour le compte des garde-frontières. Un Mi-26 fut perdu par accident en 1985.

- Tchernobyl 1986 : des Mi-26 furent utilisés lors de la catastrophe de Tchernobyl pour transporter du matériel ou décontaminer des zones (deux Mi-26S) au péril de la vie de leurs équipages. Certains Mi-26 moins touchés ont pu être décontaminés ensuite mais d’autres furent enterrés, les russes ne parvenant pas à réduire le niveau de radiation des appareils malgré toutes les tentatives pour sauver ces coûteux hélicoptères...

- Nagornyy Karabakh : des Mi-26 russes furent utilisés lors du conflit pour la région du Nagornyy Karabakh entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie à la fin des années 1980 / début des années 1990. Ils ravitaillèrent les unités russes et les populations tout en évacuant les réfugiés. Plusieurs d’entre eux furent touchés par des tirs des 2 camps. Le 3 mars 1992, un Mi-26 et un hélicoptère de combat Mi-24 qui l’escortait furent attaqués par un Mi-8 non identifié. Le Mi-8 fut chassé par le Mi-24 mais le Mi-26 fut touché à l’aterrissage par un missile sol air portable entrainant la mort de 12 de ses passagers. Les Mi-26 furent rapatriés en Russie en 1992.

- Tchétchénie 1994-96 puis 1999-2000 : la Russie engagera ses Mi-26 lors des deux conflits de Tchétchénie où il s’avérera très utile pour le transport de charges lourdes, y compris des blindés, et de soldats ainsi que pour les missions d’évacuation sanitaire. Un Mi-26 russe a été abattu le lundi 19 août 2002 faisant 119 victimes. L’hélicoptère, qui effectuait un vol entre Mozdok, en Ossétie du Nord, et la base militaire russe de Khankala, près de Grozny, s’est écrasé à proximité de sa destination dans un champ de mines après avoir été victime d’un tir de missile sol air tchétchéne. Ce crash sera à l’origine d’un scandale en Russie car il ne doit théoriquement transporter que 82 hommes et ce jour là il en transportait 147 ! Parmi les 33 survivants figuraient les 5 membres de l’équipage, indemnes, et 28 passagers, blessés.

- Somalie 1993 : des Mi-26 ont été engagés sous les couleurs de l’ONU.

- Yougoslavie 1995-96 : l’Ukraine engagea 2 Mi-26 sous les couleurs de l’ONU en Croatie. Ils furent fréquemment la cible de tirs.

- Timor 1999 : 2 Mi-26 engagés sous les couleurs de l’ONU.

- Sierra Leone 2000 : 2 Mi-26 engagés sous les couleurs de l’ONU.

Article

> Mise à jour : juin 2013
> Date de publication : novembre 2007
> Auteur : Redstars.


Un Mi-26 Halo russe vu lors de l’exercice "Krylo 07" (photo : pilot.strizhy.info).


Mi-26 Halo


Mi-26 Halo


Le Mi-26 peut transporter 82 soldats.


La soute du Mi-26 est dimensionnée pour accueillir des blindés !


Un Mi-26T civil transporte un pylone (photo : Rostvertol)


Un Mi-26 transportant l’un de ses homologues américains CH-47 accidenté (photo : Rostvertol)


Mi-26 du Ministère des situations d’urgence russe configuré pour l’évacuation sanitaire (photo : Rostvertol)


Mi-26 équipé d’un dispositif de lutte anti-incendie


Mi-26 indien (photo : IAF)


Mi-26T2 vénézuélien


Mi-26 sous les couleurs de l’ONU (photo : Rostvertol)


Crash d’un Mi-26 russe en Tchétchénie en 2002


Aperçu de la soute du Mi-26TZ avec ses réservoirs de carburant et lubrifiant.


Le nouveau Mi-26T livré à la Russie en avril 2013 (sans camouflage).