Accueil du site > Mer > Fiches > Projet 1145-5 Kouznetsov

Projet 1145-5 Kouznetsov

Historique

Officiellement classé comme croiseur porte-aéronefs lourd dans la terminologie russe (afin de pouvoir franchir les détroits du Bosphore et des Dardanelles interdits aux porte-avions), l’Amiral Kouznetsov est actuellement l’unique porte-avions russe. Il a été construit au chantier naval Nikolaïev sur la Mer Noire (désormais ukrainien) et mis en service en 1991 au sein de la Flotte du Nord alors que son sister ship, le Varyag, n’a jamais été achevé par l’Ukraine suite à la chute de l’URSS. Après sa vente "en l’état" à la Chine en 1998 et une longue période de transformation, ce dernier est devenu en 2012 le tout premier porte-avion chinois !

Les "Projet 1145-5" (la classe a reçu plusieurs appelations : "Orel", "Black-Com-2", "Kremlin", "Brejnev" et enfin "Amiral Kouznetsov") ont été conçus comme des porte-aéronefs conventionnels de défense aérienne chargés de fournir une couverture aérienne à la flotte soviétique puis russe et non comme des outils de projection de puissance comme leurs homologues américains ou français. L’Amiral Kouznetsov ne dispose d’ailleurs pas de catapultes (à sa construction, l’industrie soviétique n’était pas encore parvenue à en développer) mais d’un pont d’envol avec tremplin à 12° d’angle de sortie. Ce qui ne permet pas de faire décoller des appareils lourdement armés pour l’attaque air-surface. 4 brins d’arrêt permettent de freiner les appareils à l’appontage. Deux ascenseurs de 40 tonnes de chaque côté de l’ilot central permettent aux avions de relier le hangar (capable d’accueillir 18 Su-27) au pont d’envol tandis qu’un troisième ascenseur est réservé aux hélicoptères. L’équipage comprend 1960 hommes plus les 626 hommes du groupe aérien embarqué.

Le groupe aérien maximum du Kouznetsov se compose de 30 aéronefs dont des chasseurs embarqués Su-33, des avions d’entraînement Su-25UTG et des hélicoptères anti sous-marins Ka-27, de guet aérien Ka-31 et de transport d’assaut Ka-29. A l’origine, il était également prévu d’embarquer des chasseurs à décollage vertical Yak-141 Freestyle avant abandon du programme à la chute de l’URSS. Les Mig-29K (de première génération) et Su-33UB ont quant à eux été testés mais n’ont pas été retenus. En février 2012, Moscou a commandé 20 Mig-29K et 4 Mig-29KUB (dérivés du Mig-29M de nouvelle génération) pour remplacer les Su-33 du Kouznetsov en 2013-2015. Si le remplacement du Su-33 par le Mig-29K peut paraitre surprenant au premier abord, il l’est beaucoup moins quand on sait que le Mig-29K navalisé est déjà disponible sur étagère du fait de son acquisition par l’aéronavale indienne. De plus, l’armée de l’air russe est désormais équipée de Mig-29SMT/UBT de configuration proche. Le coût de 24 nouveaux Mig-29K sera donc moindre que celui d’autant de Su-33 modernisés et/ou Su-33UB neufs.

Hormis son groupe aérien, le Kouznetsov dispose d’une panoplie d’armements importante lui permettant d’assurer son autodéfense. Il embarque notamment 12 missiles anti-navires SS-N-19 Shipwreck ("Granit" de 555 km de portée) situés sous le pont d’envol au milieu de la piste (la phase de tir interrompt donc les opérations aériennes). La défense anti-aérienne du bâtiment est assurée par 4 groupements de 6 silos à 8 missiles surface-air SA-N-9 (15 km de portée), 4 systèmes anti-aériens CADS-N-1 (2 canons de 30mm et 8 missiles SA-N-11 de 8 km de portée chacun) et 6 canons anti-aériens multitubes de 30mm. Deux lance-roquettes anti sous-marins complètent le tout.

Selon des informations non confirmées rapportées par RIA Novosti en avril 2010, Moscou voulait moderniser le Kouznetsov en profondeur entre 2012 et 2017. Il s’agirait notamment de remplacer son système de propulsion à vapeur par des turbines à gaz, d’intégrer un système de combat moderne, d’installer des catapultes à vapeur à l’extrémité de la piste oblique (tout en conservant le tremplin avant), de supprimer le système de missile surface-surface SS-N-19 sous le pont (permettant de gagner 500 m2 d’espace en plus pour le hangar aviation) et de moderniser ses systèmes de défense antiaérienne (remplacement des SA-N-9 par 80 à 120 nouveaux missiles de moyenne portée, installation de 4 à 6 systèmes Pantsyr-S1 et de nouveaux canons antiaériens). Début 2013, ce projet ne semble toujours pas avoir été lancé. Peut-être en raison du retard accumulé par les travaux sur le porte-aéronefs indien "Vikramaditya".

A plus long terme, le Kouznetsov sera remplacé par un nouveau porte-avions à propulsion nucléaire que la Russie envisage de construire après 2020 à 2 exemplaires. Quasiment deux fois plus gros (80 000 tonnes pour un parc de 50 aéronefs), ils se rapprocheraient plus de leurs homologues occidentaux pour des missions de projection de puissance. Mais ce projet représente un énorme challenge sur les plans technique, industriel et budgétaire pour la Russie même si elle dispose dans ses cartons des plans des porte-avions nucléaires que l’URSS s’apprêtait à lancer avant sa chute. Il faudra en outre soit s’accorder avec l’Ukraine pour utiliser ses chantiers navals, seuls capables de construire un navire aussi gros en ex-CEI, soit construire en Russie un nouveau chantier naval...

Versions

- Projet 1143-5 : porte-aéronefs.

Kouznetsov

Projet 1143-5 Kouznetsov Liaoning
DIMENSIONS
Longueur 304,5 m 304,5 m
Largeur 71 m 71 m
Tirant d’eau 10,5 m 10,5 m
MASSES
déplacement 46 000 t 46 000 t
PERFORMANCES
vitesse maxi 30 noeuds 30 noeuds
distance franchissable 13 000 miles à 18 nds ou 4 000 à 30 nds idem
autonomie n.c. n.c.
MOTORISATION
type 4 turbines 4 turbines
puissance 200 000 ch 200 000 ch
ARMEMENTS
anti navires 12 SS-N-19 non
anti sous-marins 2 lance-roquettes RBU-12000 (60 roquettes) 2 lance-roquettes RBU-12000 (60 roquettes)
surface air 24 silos SA-N-9 (192 missiles) 3 x FL-3000N (54 missiles)
8 CADS-N-1 (256 missiles, 48 000 munitions de 30mm)
canons 6 AK-630 multitubes de 30mm (24 000 coups) 3 x Type 1030 multitubes de 30mm
CAPACITE
parc aérien 30 aéronefs (Ka-27/31, Su-33, Su-25UTG, Mig-29K) 30 aéronefs (J-15, J-18, Ka-28/31, Z-8)
équipage 2 600 hommes 2 600 hommes

Le Projet 1145-5 Kouznetsov dans le monde

Pays Nom Mise sur cale Lancement En service Commentaires
Russie Amiral Kouznetsov 1982 1985 1991 ex-Riga, ex-Leonid Brezhnev et ex-Tbilissi, il ne sera réellement opérationnel qu’en 1995 suite aux troubles ayant suivi la chute de l’URSS. Croisière en Méditerranée de décembre 1995 à mars 1996 (avec plusieurs problèmes moteurs) avant d’entrer en réparations en 1997-98. Il passe ensuite la plupart de son temps à quai jusqu’en 2000 où il retrouve la mer lors de la catastrophe du Koursk. Les croisières en Méditerranée prévues en 2000, 2001 et 2002 n’auront finalement pas lieu. Il reste donc à quai jusque fin 2003 où il entreprend de nouveaux essais à la mer suite à des réparations. Il participe à un exercice en octobre 2004 au cours duquel un Su-25UTG se crashe sur le pont. Après réparation, il participe à un autre exercice en 2005 au cours duquel un Su-33 tombe à la mer par accident. En 2006, il sort à nouveau en mer pour essais mais n’est remis en service qu’à l’été 2007 après travaux. 3 nouvelles croisières en Méditerranée auront finalement lieu en 2007-2008 (décembre à février), 2008-2009 (décembre à mars avec un incendie mineur ayant fait un mort en janvier 2009) et 2011-2012 (décembre à février) ainsi que des exercices réguliers en Mer de Barents. Doit être modernisé prochainement.
Chine Liaoning 1985 1988 2012 ex-Varyag soviétique dont la construction a été gelée en 1992 alors qu’il était achevé à 70% dans les chantiers navals ukrainiens. Revendu par l’Ukraine à la Chine en 1998 ; officiellement pour être transformé en casino flottant. Il ne sera transféré en Chine qu’en 2001 suite au refus de la Turquie de le laisser passer par les détroits du Bosphore et des Dardanelles jusqu’en 2000. La Chine l’a finalement remis en état et modernisé à partir de 2005 pour devenir son tout premier porte-aéronefs : le "Liaoning". Il a effectué ses premiers essais en mer en août 2011 avant d’entrer en service le 25 septembre 2012. Il doit effectuer sa première croisière de longue durée en 2013 ou 2014. A terme, il doit embarquer 30 avions et hélicoptères dont le "nouveau" chasseur embarqué J-15 ; la copie chinoise du Su-33 russe. Ce dernier a effectué son premier essai d’appontage le 20 novembre 2012.

Article

> Mise à jour : mai 2013
> Date de publication : décembre 2007
> Auteur : Redstars.


Kouznetsov


Kouznetsov


Le Kouznetsov à quai en 2006


Kouznetsov


Kouznetsov


Kuznetsov


Le Kouznetsov suivi d’un pétrolier ravitailleur.


Apontage d’un Su-33 sur le Kouznetsov


Le hangar du Kouznetsov


Les lance-missiles anti-navires SS-N-19 Shipwreck sous le pont du Kuznetsov


Un Su-33 stationné devant l’ilot central du porte-aéronefs Kouznetsov


Le Kouznetsov au large de la Norvège en décembre 2007.


Le Liaoning chinois (photo : Xinhua).