Accueil du site > Air & Espace > Articles > Su-34 : un nouvel avion pour une nouvelle doctrine aérienne

Su-34 : un nouvel avion pour une nouvelle doctrine aérienne

Le programme d’armement 2015, approuvé en 2006, prévoit le rééquipement des forces armées russes avec de nouveaux matériels. Le chasseur-bombardier Su-34 Fullback, qui remplacera les Su-24 Fencer, en fait partie. Le remplacement a commencé mais il prend trop de temps selon certains.

Le nouveau chasseur-bombardier est réputé pour être un excellent appareil. Version améliorée du Su-27 Flanker, il dispose d’équipements à la pointe de la technologie, y compris en matière d’avionique et de systèmes d’autoprotection. Le Su-34 est destiné à l’attaque air-sol sur le champ de bataille comme derrière les lignes ennemies. Il peut aussi être utilisé comme appareil de reconnaissance et d’attaque de cibles navales.

Le Su-34 remplacera les chasseurs-bombardiers Su-24M (environ 400 en service) ainsi que les avions de reconnaissance Su-24MR (plus de 100) et MiG-25RB (environ 70). En 10 à 15 ans, la Russie devrait donc produire entre 550 et 600 Su-34 pour les remplacer. Mais le Ministère de la défense n’envisage l’achat que de 58 Su-34 d’ici 2015 et un total de 300 d’ici 2022. Beaucoup d’experts estiment que si les Su-24 et MiG-25RB sont retirés du service d’ici 2020, la Russie sera dépourvue de chasseurs-bombardiers et d’appareils de reconnaissance. D’autres expliquent que ce nombre suffira dans la nouvelle doctrine des forces aériennes.

Ce concept se focalise sur les caractéristiques et performances opérationnelles du Su-34 comme son long rayon d’action, sa capacité à être ravitaillé en vol (y compris par d’autres Su-34 équipés de bidons supplémentaiores) et sa cabine confortable pour que l’équipage puisse effectuer des missions longue distance dans de bonnes conditions. Les Su-34 peuvent aussi voler sans être accompagné d’appareils de guerre électronique car il est équipé de tels systèmes. Le Su-34 est ce que l’on appelle un avion de combat polyvalent. Les régiments aériens équipés de Su-34 peuvent les utiliser pour bombarder une base terroriste en Asie centrale un jour, attaquer une base de missiles en Europe le lendemain et venir en soutien d’un groupe naval russe dans l’Océan indien trois jours plus tard en partant de sa base aérienne en Russie. Le Su-34 peut en outre voler à très basse altitude, il est très bien protégé et dispose d’armements de précision à longue portée. Ce qui devrait limiter les pertes au combat. Un petit nombre d’appareils permet enfin d’entrainer leurs équipages à la perfection.

Ce n’est pas un nouvelle doctrine. Les unités d’élite disposant des meilleurs avions et des meilleurs équipages ont formé le coeur de l’Armée de l’air allemande durant la deuxième guerre mondiale. La Marine impériale japonaise avait un concept similaire. Cependant, de telles unités d’élite peuvent être rapidement éliminées par des vagues d’avions ordinaires dans une guerre mondiale d’attrition comme la deuxième guerre mondiale.

De ce point de vue, la nouvelle doctrine russe semble vulnérable. Mais la Russie dispose de la triade nucléaire pour les guerres mondiales. Dans une guerre d’attrition, le nombre d’avions de combat performants dont disposerait la Russie importe peu : ce qui importera sera le nombre de bombes nucléaires qui pourront être lancées sur l’ennemi. Cependant, dans la cas d’un conflit local impliquant un ou deux adversaires ou encore un enchainement de conflits locaux, la possession de tels appareils rapides, bien armés et très protégés, peut se réveler être un facteur décisif. Même 58 Su-34 utilisés au bon moment et au bon endroit représentent une force puissante. Une force de 200 à 300 appareils de ce type, répartis en plusieurs unités sur chaque point clé du champn de bataille, sera capable de remplir les missions les plus complexes.

Hormis le Su-34, la force aérienne russe va également recevoir d’autres nouveaux appareils dont les caractéristiques techniques lui permettront de maintenir son potentiel opérationnel au meilleur niveau. De nouvelles unités créées pour effectuer des tâches spécifiques regrouperont des chasseurs, des bombardiers, des AWACS, des ravitailleurs et des drones. Ce seront des unités très mobiles dont les appareils pourront être rapidement déployés. La nouvelle doctrine russe n’est en effet pas sans rappeler celle des forces expéditionnaires américaines qui sont un instrument flexible et puissant capable de mener des attaques en n’importe quel lieu sur terre. Quant aux appareils de reconnaissance, les pays industrialisés vont les remplacer par des drones (UAV). Le monde change et le nouveau monde amène de nouveaux types de conflits...

Article

> Mise à jour : avril 2008
> Date de publication : avril 2008
> Auteur : Ilya Kramnik, analyste militaire pour RIA Novosti.
> Initialement publié par RIA Novosti.


Su-34