Accueil du site > Mer > Articles > La Russie s’intéresserait aux Batiments de Projection et de Commandement (...)

La Russie s’intéresserait aux Batiments de Projection et de Commandement (BPC) français !

Selon la lettre d’information TTU, le commandant en chef de la marine russe, l’amiral Vladimir Vyssotski, n’aurait pas caché son intérêt pour l’acquisition d’un Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) de DCNS lors de sa visite au salon Euronaval 2008. Russia Intelligence précise que les négociations pour l’achat d’un BPC seraient même avancées alors que les relations franco-russes sont au beau fixe actuellement.

La marine française possède actuellement deux de ces navires amphibies (les "Mistral" et "Tonnerre") qui peuvent embarquer 450 soldats et des véhicules (dont des chars Leclerc et des blindés) ainsi que 16 hélicoptères (Tigre et NH-90 à terme) et 4 chalands de débarquement pour les projeter à terre. Ils sont également dotés d’importantes installations de commandement et médicales. DCNS en propose des versions de 14 000 à 25 000 tonnes à l’export.

Des capacités amphibies de haute mer qui font défaut à la Russie depuis le retrait du service et la mise en vente de son dernier navire de transport de chalands de débarquement de 11 000 tonnes : le "Mitrofan Moskalenko" de classe "Ivan Rogov" (Projet 1174). Elle ne dispose en effet plus que de navires de débarquement de chars de type Ropucha (3 500 tonnes) ou de petits navires à effet de surface pour débarquer son infanterie de marine (environ 7 500 hommes répartis dans les différentes flottes russes). Ces navires ont prouvé leur efficacité à l’échelon local (débarquement de troupes en Géorgie lors du conflit du mois d’août 2008) mais ne sont pas capables de projeter et de soutenir des troupes à grande distance. Or Moscou, qui revient actuellement sur le devant de la scène internationale, se doit de se donner les moyens de ses ambitions. Et le plan de modernisation de l’armée russe voulu par les plus hautes autorités met notamment l’accent sur les forces de réaction rapide dont fait partie l’infanterie de marine...

Les hélicoptères de transport d’assaut russes Ka-29 dont est dotée l’infanterie de marine russe devraient pouvoir être embarqués à bord sans problème. Si Moscou le souhaite, ses hélicoptères de transport d’assaut Mi-17 et ses nouveaux hélicoptères d’attaque Mi-28N et Ka-50/52 devraient également pouvoir être navalisés. Notons d’ailleurs que Kamov vient d’annoncer le développement d’une version navalisée du Ka-52 ! Et le Ka-31 de guet aérien qui équipe déjà la marine indienne pourrait également être embarqué, accroissant considérablement les capacités de détection aérienne d’une task force amphibie russe. Côté matériels terrestres, si les chars Leclerc et blindés VBCI et VAB français peuvent être embarqués, il ne devrait donc pas être difficile d’embarquer des T-90 ou T-72 ainsi que des BTR, BMP et BMD russes. L’infanterie de marine russe utiliserait surtout les T-72 ainsi que les BMD et BTR qui sont quant à eux amphibies. Enfin, concernant la batellerie, il serait probablement possible d’utiliser des chalands locaux dont la Russie poursuit la production ou d’utiliser des petits navires amphibies à effet de surface (elle dispose déjà des types Zubr, Lebed ou Pomornik) dont elle s’est fait la spécialiste mondiale. Elle en a même exporté en Grèce. L’utilisation de ce type de navires depuis les BPC a déjà été testée avec les LCAC américains.

Moscou pourrait donc acquérir les plans du BPC de DCNS et le produire localement selon TTU, ce qui permettrait à la fois d’accélérer sa construction et d’en réduire le coût. Cela peut paraitre curieux que la Russie puisse s’intéresser à un modèle étranger pour un bâtiment aussi symbolique qu’un BPC mais il faut savoir que le chantier naval russe Yantar de Kaliningrad n’a plus construit de navires amphibies depuis 1989, date de lancement du "Mitrofan Moskalenko". Les Ropucha étaient quant à eux construits en Pologne à l’époque soviétique. Les compétences russes dans ce domaine pourraient donc avoir été perdues depuis. D’autres industriels que DCNS proposent des navires de ce type à l’export mais seuls les BPC de DCNS ont déjà montré leurs qualités en opérations et sont politiquement acceptables par Moscou étant donné les bonnes relations actuelles avec la France.

Mais il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué...

Article

> Mise à jour : novembre 2008
> Date de publication : novembre 2008
> Auteur : Redstars.


Les BPC français (photo : marine nationale via Mer et Marine).


Le "Mitrofan Moskalenko", dernier grand navire amphibie russe, a été retiré du service et mis en vente.


Débarquement de l’infanterie de marine russe depuis un "Ropucha". La marine russe manque de navires amphibies plus importants.


Navire amphibie à effet de surface de type Lebed.


Ka-29


Kamov veut développer une version navalisée du Ka-52.