Accueil du site > Mer > Articles > La présence russe à Euronaval 2006.

La présence russe à Euronaval 2006.

Les exposants russes

Le salon Euronaval 2006 vient de fermer ses portes sur la zone d’exposition du Bourget dans le Nord de Paris. Cette édition a confirmé le salon comme le plus grand rendez-vous dans le domaine naval militaire en termes de visiteurs et d’exposants. Cette année, les industriels russes étaient bien représentés avec en plus du stand de Rosoboronexport (l’agence officielle d’exportation d’armements russes), la présence "directe" de plusieurs sociétés comme Kronshtadt (électronique et simulateurs), RATEP (radars et systèmes de contrôle pour tourelles navales armées) ou Novator (missile Club-S et Club-N). Au total, une vingtaine d’entreprises russes étaient représentées avec selon Rosoboronexport près de 130 produits russes. A noter aussi un stand indien entièrement dédié à la promotion du missile russo-indien Brahmos. Les principaux produits et projets présentés par l’industrie russe étaient, en plus du Brahmos, du Club-S et des tourelles navales déjà évoqués, les suivants : sous marins "Projet 636" (classe Kilo), Amur-950, Amur-1650 et S1000, corvette furtive "Projet 20382", aéroglisseurs d’assaut Zubr et Murena, vedettes lance-missiles de tous types...

Le salon fut aussi l’occasion de développer la coopération franco-russe dans le domaine naval. Ainsi, Rosoboronexport et le constructeur naval français DCN ont signé une lettre d’intention de coopération sur les navires de combat et les sous-marins (cf 28 octobre - DCN et Rosoboronexport signent un lettre d’intention lors d’Euronaval 2006.).

La corvette furtive "Projet 20382"

La corvette furtive russe "Projet 20382" est proposée à l’export par Rosoboronexport. Il s’agit de la version export du "Projet 20380" dont trois exemplaires sont en commande pour la marine russe. La furtivité a été privilégiée dans les choix technologiques de ce navire avec des revêtements et formes spécifiques. Les essais en mer de la première corvette furtive pour la marine russe devraient commencer en novembre 2006. Polyvalentes, ces corvettes de 2 000 tonnes pour 104,3 mètres sont armées pour la lutte antinavire et ASM avec des missiles Yakhont, des torpilles et un hélicoptère Ka-27. L’autodéfense du bâtiment est assurée par un système anti-aérien Chtil ou deux systèmes Kachtan en plus d’un canon de 100 mm et de deux AK-630 de 30 mm. Cette corvette aurait selon les russes de bonnes perspectives d’exportation.

Le sous-marin S1000

La Russie et l’Italie ont présenté un nouveau sous-marin diesel de 1 000 tonnes. Proposé par Rubin côté russe et Fincantieri côté italien, il est apte à assurer des missions de lutte ASM et antinavire de même que de débarquement de commandos (12 hommes peuvent prendre place à bord). Il est équipé d’une propulsion AIP italienne à base de piles à combustible. Son armement comprendrait des torpilles italiennes Black Shark et des missiles russes Club-N en faisant un redoutable adversaire potentiel. Ce sous-marin vise avant tout l’export. Ce sous-marin vient compléter l’offre russe déjà bien étoffée en matière de sous-marins conventionnels.

Les overcrafts Zubr et Murena

L’aéroglisseur d’assaut Zubr est capable de transporter trois chars d’assaut (soit 131 tonnes) ou dix véhicules blindés de transport de troupes et 140 hommes à une vitesse maxi de 60 noeuds. Rosoboronexport propose toujours à l’export ce matériel qui bénéficie notamment de la notoriété apportée par son emploi par les forces armées grecques. Souhaitant capitaliser sur ce succès export, les constructeurs russes proposent désormais également le nouveau "Projet 12061" Murena plus petit mais qui peut atteindre 50 noeuds et débarquer sa cargaison en hommes sur n’importe quelle plage ou rivage. Avec l’intérêt actuel croissant pour le combat litoral, la Russie espère exporter ces matériels, bien adaptés à ce type de combat, à de nombreux pays.

Les vedettes lance missiles

La Russie a toujours bénéficié d’une solide réputation en matière de vedettes rapides lance missiles. Rosoboronexport propose plusieurs navires de ce type à l’export dont les "Projet 12421", "Projet 12418" Molniya, "Projet 12150" Mangust, "Project 14310" Mirazh et "Projet 10412" Svetlyak, "Projet 12300" Skorpion. Ces vedettes ont un déplacement allant de 10 à 550 tonnes et leur vitesse atteint les 50 noeuds. Elles sont généralement armées de missiles anti navires, de canons et missiles anti aériens à l’image du "Projet 12418" Molniya qui dispose d’un système Uran-E (16 missiles anti navires 3M-24), d’un canon de 76,2mm, de deux canons de 30mm à tir rapide et de 12 missiles anti aériens Igla. Ce genre de navires peut connaitre un grand succès à l’export auprès des pays n’ayant pas les moyens de se payer des navires plus importants comme des frégates ou destroyers.

Article

> Mise à jour : novembre 2006
> Date de publication : novembre 2006
> Auteur : redstars.


Une maquette de la corvette furtive "Projet 20382" présentée sur le stand de Rosoboronexport avec au second plan une maquette d’un aéroglisseur d’assaut. (photo : Redstars)


Une maquette du Projet 636 (Kilo), un sous-marin russe qui a déjà connu un grand succès export (photo : redstars).


Un aéroglisseur russe "Zubr" en action ! (photo : ALMAZ Shipbuilding Company)